MON MARKETING SUR LE WEB

9 octobre 2010

Avec le développement de l’Internet au cours de dernières années, une grande majorité des entreprises ont vu l’occasion d’améliorer leurs chiffres d’affaires et ont décidé en complément de la publicité dans les médias traditionnels, radio, journaux, télévision, affichage publicitaire, de développer une présence sur le Web. Cette présence s’est d’abord fait dans un contexte de vitrine, c’est à dire un affichage de la marque, des produits et services vendus et des coordonnées de l’entreprise par un site internet d’affaire. Le développement des réseaux sociaux à ouvert la voie à un marketing interactif permettant à l’entreprise d’avoir des contacts directs avec ses clients et clients potentiels, tout en offrant des opportunités nouvelles de gestion de marque et de promotions ciblées sur certains groupes. Il s’est développé une nouvelle discipline, le webmarketing qui consiste à promouvoir un site, un produit ou un service, une marque par un ensemble d’outils internet. Ces outils sont : l’optimisation de site internet, les campagnes d’achat de mots clés, le marketing viral, l’affiliation, l’e-mailing, la publicité sur site, la publication sur un blogue, la participation à des réseaux sociaux, le coworking, …Le webmarketing qu’on connaît actuellement risque de se transformer au cours des prochaines années en eMarketing. Il ne sera donc plus limité au réseau Internet mais empruntera également d’autres autoroutes de l’information comme la téléphonie mobile, la télévision interactive… Comme entreprise, il nous faut se questionner sur la place que ce nouvel environnement numérique prendra dans notre stratégie marketing. Comment adapter nos ressources du mix-marketing et quels outils choisir pour s’adapter à ce nouvel environnement?

 La vitrine d’abord

Mon expérience de présence Web remonte au mois de novembre 2006 et mon cheminement se compare certainement à de nombreuses entreprises qui, comme moi, ont voulu se faire connaître avec une vitrine sur l’internet. J’avais une perception dénaturée que l’internet était un outil magique et que la simple présence d’un site web est suffisante pour amener notoriété et contrats d’affaires. Oups! Trois ans plus tard, une seule de mes occasions d’affaires était issue directement de ma présence sur le Web et relevait d’une recherche par mot-clé sur Google, De plus dans cette requête du client, mon site apparaissait seulement dans la quatrième page des résultats. J’étais pour ainsi dire invisible sur le Web, et je m’interrogeais sur ce média utilisé pour faire la publicité autour de mes services de consultations en gestion des organisations.

Ma décision de me positionner sur le Web ne découlait pas d’une grande analyse de la situation. J’avais agis comme le font probablement une grande majorité des entreprises la première fois, par expérience et par mimétisme d’autres entreprises. Avec le recul d’aujourd’hui, j’ai omis une étape fondamentale de gestion, l’analyse stratégique : Quelle est la concurrence dans le domaine? Quel est l’ampleur du marché que je veux conquérir? Quel est le positionnement de la concurrence? Quelles sont les opportunités prévisibles à court et moyen terme? Quels sont mes objectifs financiers? Dans quel secteur d’activité sera ma clientèle cible? C’est une étape préalable qui doit être réalisée avec beaucoup d’attention parce que les résultats en découlent. Est-ce que je veux que mon site web soit une vitrine, un système de gestion de contenu (CMS), un système de gestion de relation client (CRM). Nous portons très souvent attention au contenu, l’organisation générale et la beauté du produit fini pour le mettre en ligne rapidement au détriment d’une analyse de l’environnement et des objectifs poursuivis. «Si vous ne savez pas où vous allez, vous arriverez ailleurs». La parole de Lawrence Peter, s’est appliquée à ma situation. Les autres outils publicitaires, contacts personnels et la promotion sont demeurés actifs, mais pour une plus value d’affaires sur ma présence sur le Web, l’occasion n’y était pas.

Le trafic

Comme deuxième élément dans la stratégie du webmarketing, l’enjeu est de répondre aux besoins et aux attentes des internautes, tout en répondant aux objectifs de l’entreprise, rehaussement de l’image, vente de produits ou de services, augmentation de notoriété ou encore ouverture sur de nouveaux marchés…

Il faut faire en sorte que le site soit le plus ergonomique possible et agréable à visiter. Beaucoup de facettes reliées à l’accessibilité et à la configuration du site méritent une attention : La performance du serveur, la configuration du site, la conformité de codification des pages, le poids des pages, l’architecture, le parcours de l’internaute, l’ordonnancement de l’information. Ces éléments sont la plupart du temps sous la responsabilité du concepteur de sites web.

Certains outils existent pour vérifier la qualité du site au regard des standards de l’industrie. La qualité de l’intégration HTML peut être jugée par des validateurs W3C, mais le respect de la sémantique, les titres, les paragraphes, la police de caractère, c’est à dire l’apparence de contenu, doit être validée par l’œil humain. Pour l’accessibilité, il faut maintenant se préoccuper de certaines clientèles spécifiques comme les non-voyants et des outils existent pour répondre à ce critère de qualité.

La génération de trafic ciblé passe aussi par le référencement naturel. La règle numéro un est sans conteste d’avoir un site au réel contenu. Cela paraît tout simple mais il est primordial d’avoir un contenu utile et original et d’en identifier certains mots-clés. Il est aussi absolument indispensable d’avoir un grand nombre de liens pointant vers votre site, on appelle ça des backlinks et il faut en rechercher qui sont de qualité. Autre conseil de base, avoir des titres de pages précis, ciblés et percutants. De plus, le maillage interne dans le site et la mise à jour régulière du site permettront à Google de trouver le site avant les autres et favoriseront l’arrivée de nouveaux visiteurs. La dernière valeur ajoutée au trafic qui est en nette progression provient d’une participation active aux réseaux sociaux Facebook, Twitter, LinkedIn et autres.

Il existe aussi d’autres avenues pour augmenter le trafic sur votre site : les liens Adsense, le programme d’affiliation, les échanges de liens, le e-Mailing, une campagne Adwords…et j’y reviendrai

La mesure

Dans l’optimisation de la performance d’un site web, il faut aussi regarder du coté des visiteurs. Avec des outils gratuits comme «Google analytics» on peut tout savoir, quasiment sans limite des actions de vos visiteurs à condition de l’utiliser et de sortir son rapport régulièrement.

Nous pouvons dans ce type de rapport identifier quels sont les mots-clés qui nous apportent du trafic et tester de nouveaux mots-clés pour en vérifier l’impact sur la fréquentation. C’est aussi important de voir la provenance des visiteurs et de comparer le nombre de ceux qui viennent de Google ou autres moteurs de recherche avec ceux qui viennent des sites référents, réseaux sociaux, groupes professionnels, blogues professionnels et autres. Nous pouvons aussi identifier des paramètres qui nous informent sur la qualité des visites : le temps passé sur la page, les utilisateurs fidèles qui reviennent sur notre site, pour un site marchand, le nombre moyen de visites avant la conversion du visiteur en client. La position géographique de l’internaute peut aussi nous renseigner. Certes l’internaute en provenance d’Allemagne et celui de Russie qui ont visité mon site d’entreprise le mois dernier ne sont pas dans ma clientèle cible, mais je montre un certain intérêt pour les 11 internautes provenant de la France. Mes constats, que plus de 31,6% de mes visites provenaient de la Ville de Gaspé et que 62 % venaient d’autres villes du Québec, sont assez intéressants et répondaient à mes attentes.

Le taux de rebond est la donnée la plus simple à constater et également une des plus importantes. Il s’agit de constater combien de visiteurs quittent le site juste après être arrivés, sans avoir cliqué sur le moindre lien. L’Allemand et le Russe ne sont demeurés que deux secondes comparativement à un temps présence moyen de 3.09 minutes, mais ils ont fait au moins un clic. Il est aussi important de savoir sur quelle page les internautes quittent le site. Dans le cas d’un site eCommerce, s’ils quittent au moment de payer, il faudrait peut-être prendre action pour modifier les modalités de paiement.

Il faut retenir, qu’avec des outils gratuits qui sont puissants en analyse de fréquentation, nous pouvons en apprendre beaucoup pour optimiser notre site et suivre son positionnement sur les moteurs de recherche et sa visibilité.

La suite

Sans nécessairement tout reprendre à zéro, j’ai depuis quelques mois fait une analyse de l’environnement dans lequel évolue mon entreprise et j’ai revu l’ensemble de mon mix-marketing et de ma présence sur le Web. Je me suis inscrit sur les principaux réseaux sociaux, Facebook, Twitter, LinkedIn, j’ai développé un blog où je publie régulièrement des billets sur l’impact de l’internet dans notre quotidien. J’ai aussi fait un exercice de reconstruction de mon site d’affaire et entrepris un exercice d’optimisation afin de mieux me positionner auprès de mes clients et clients potentiel. Mes données de fréquentation ont évolué très positivement et j’anticipe dans quelque temps une conversion de mes efforts en chiffre d’affaire. J’entretiens aussi une proximité avec un autre secteur d’activité sur le Web, la fleuristerie, qui après les entreprises de marketing, les banques, les médias traditionnels qui sont dans une classe à part, se situe au douzième rang aux États-Unis, en avant du secteur des agences de voyage, du secteur des télécommunications dans l’usage des réseaux sociaux. Cette utilisation importante du Web dans ce domaine spécifique, me porte à croire que le marketing sur le Web progressera de façon importante à court terme. Je crois que la notoriété de la marque sur le Web est génératrice de trafic et donc de conversion. Je vous en reparle au cours des prochains mois après avoir fait une veille sur l’Internet dans le champ du Web Marketing et de l’optimisation des sites web.

Et vous que pensez-vous de votre présence sur le Web ? Vos commentaires sont les bienvenus et j’y apporterai une attention particulière.

Références :

Markup validation service W3C

http://validator.w3.org/

Natural.net

http://www.qualite-site-internet.fr/

95 critères AccessiWeb

http://www.accessiweb.org/fr/Label_Accessibilite/criteres_accessiweb/95_accessiweb_lineaire/

http://www.accessibiliteweb.org/bdc/methodologies/developpement-maintien-accessibilite-site-web

WebRankInfo

http://www.webrankinfo.com/dossiers/conseils/referencement

Print Friendly, PDF & Email

Libellés: , , ,

Article publié sous les rubriques:Facebook, Gestion des organisations, LinkedIn, Twitter, Web Marketing

Un commentaire à “MON MARKETING SUR LE WEB”

Laisser un commentaire

twitter widget