Archive de la catégorie Gestion de l’innovation

GESTION DE SES CONNAISSANCES

9 octobre 2012 | Gestion de l'innovation, Gestion des organisations | 2 Commentaires

 

J’ai choisi, il y a quelques années d’être un contributeur actif à l’amélioration des connaissances de personnes curieuses et présentes sur la toile. J’ai une présence régulière sur certains réseaux sociaux et je suis attentif aux nouveaux contenus que le partage avec mes contacts personnels et auprès des membres de ma communauté virtuelle. En formulant des avis ou encore en publiant des contenus, j’espère améliorer mes connaissances et celles de certains individus, qui à leur tour enrichiront les connaissances de leur communauté. En opposition avec mon expérience d’apprentissage dans le milieu de l’enseignement, j’ai découvert dans cet environnement, une culture et une expérience de partage qui m’ont fait grandir et devenir une meilleure personne.

Ma stratégie d’amélioration des connaissances repose sur 5 bases:

La recherche d’information.

C’est l’ensemble d’outils qui me permettent d’acquérir de l’information. C’est une approche de veille auprès de diffuseurs d’information qui consiste en un abonnement à des fils RSS. C’est un agrégateur de contenu qui produit automatiquement un tableau des nouveautés sur un site Web. J’y retrouve là, en fonction de mes intérêts, les dernières mises à jour de sites internet consultables en ligne. Google Rearder est l’outil que j’utilise actuellement, mais plusieurs autres existent: Netvibes, Mon Yahoo et Technocrati en sont des exemples. Dernièrement, j’ai aussi découvert des outils de curation de contenu. Ce sont des outils qui permettent de sélectionner et de partager les contenus les plus pertinents sur des thèmes ou encore des sujets spécifiques. La plus-value de l’outil, c’est le système qui traite les requêtes et affiche les résultats les plus pertinents. La machine en soutien à l’humain…on y vient tranquillement. Pour ma part Scoop-It me rend de très bons services. Toutefois, d’autres outils cohabitent: Paper.li, Storify, Pearltrees.

La différence essentielle entre curation et agrégation réside dans le fait de choisir les contenus proposés aux internautes pour leur donner du sens et non pas de se contenter d’une collecte de liens sans contextualisation.  Wikipédia

Le classement de l’information

Mes lectures, m’ont conduit à archiver des textes, prendre des notes ou encore accoler des mots-clés, tags, sur certains articles. Il s’agit pour moi de conserver une mémoire personnelle externe de certaines informations et dans certains cas de la partager avec des membres de ma communauté. Mon expérience est composée de deux pratiques: l’utilisation des signets et la prise de notes.

Les signets

Le signet personnel, intégré à l’opération de mon navigateur internet, m’aide à conserver les adresses de sites internet que je désire consulter ultérieurement à partir de mon poste de travail. Les signets personnels sont transférables d’un navigateur à l’autre sur mon poste de travail ou encore lors de l’acquisition d’un nouvel équipement. J’utilise aussi le social bookmarking qui consiste à sauvegarder les liens internet de contenu que je juge valable pour le placer sur un site public accessible à d’autres utilisateurs. Il y a possibilité de les catégoriser, d’inscrire des commentaires et d’y ajouter des mots-clés pour en faciliter le repérage par d’autres utilisateurs. C’est une occasion de passer de consommateur de contenu à contributeur de connaissances propre au web 2.0. Pour le partage des signets, mon outil professionnel est Delicious. J’utilise aussi dans le cadre du programme ITyPA Diigo. Strumble Upon et Digg sont aussi des produits en accessibles gratuitement sur la toile.

Les notes

La base de mes notes est acquise à partir de l’outil Notes intégré à Outlook de la suite Microsoft Office. Ce sont des notes personnelles que je conserve pour mémoire externe. En complément, j’utilise Evernote qui me permet de partager des notes particulières avec certains de mes contacts. L’utilisation des cartes mentales, cartes heuristiques, Mind Meister, dans mon cas, viennent aider l’organisation de ma pensée et établir les liens hiérarchiques entres les concepts présentés à des membres de ma communauté. C’est un outil qui me permet de placer beaucoup d’information dans un très petit espace et d’avoir à la fois une vision détaillée et une vision d’ensemble de mon sujet. Ces cartes mentales sont partageables avec mes contacts. Freeplane et SimpleMind sont d’autres outils. De plus Google Drive représente sur le Cloud un lieu de rédaction, d’enregistrement et de protection de mes documents personnels et administratifs. SkyDrive, Dropbox, chez des concurrents commerciaux, offrent sensiblement le même service.

Mes interactions

Pour l’amélioration de mes connaisssances, j’ai choisi des outils qui pouvaient améliorer ma pratique de consultant en gestion et développement des organisations. Tout d’abord sur le plan professionnel, je ne suis bâti un réseau sur LinkedIn. J’y ai trouvé des individus et groupes qui me permettent d’interagir sur le plan de mes connaissances et de mes compétences professionnelles en gestion. J’ai choisi ces groupes, parfois en fonction des discussions et des échanges entres membres de cette communauté et en d’autres occasions, en fonction de leur proximité géographique. Conseillers et Consultants, Entreprise Apprenante, Association des ingénieurs pédagogiques et experts eLearning et aussi Management et RH sont des exemples du premier volet. Les groupes Gaspésie Îles-de-la-Madeleine, Focus 20 et BSL 2.0 relèvent de leur localisation géographique. La qualité des discussions m’aide à améliorer mes connaissances professionnelles. Cette participation à LinkedIn m’a aussi permis d’agrandir mon réseau professionnel parce qu’il a facilité des rencontres personnelles de réseautage qui ont été fructueuses. Sur le plan de préoccupations plus personnelles autour des technologies de l’information et des communications (TIC) et de l’information d’actualité, je participe activement au réseau social Twitter. Ces interactions m’ont fait découvrir des outils et des ressources qui facilitent mon travail mais aussi me font connaître des innovations de produit ou encore de processus. L’utilisation des listes following et followers reste à parfaire dans mon cas. Cet espace de micre-blogging m’a aussi influencé dans mon adhésion à d’autres réseaux groupes qui me permettent d’apprendre en communauté. E180, Café-Lab des connaissances et d’actualité, le MOOC ITyPA en sont quelques exemples.

Ma base de ressources

Google et Wikipédia sont parmi mes meilleurs amis numériques. Ce sont mes deux principales références à interroger lorsque je cherche des contenus. Les producteurs d’information ont depuis longtemps compris le pouvoir de Google et font des efforts particuliers d’organisation et de référencement naturel afin d’être présents dans les premiers résultats d’une recherche à l’initiative d’un utilisateur. De son côté, Google veut offrir l’information la plus pertinent à cette demande de recherche de cet utilisateur. Ensemble, ils me facilitent la vie dans ma recherche de contenus.

Wikipédia est une encyclopédie en ligne universelle. Elle repose sur une rédaction collaborative sur l’Internet avec la technologie wiki et a pour principe d’offrir un contenu libre, neutre et vérifiable. Sa plus grande caractéristique est certes sa rapidité à se mettre à jour et sa publication dans de brefs délais.

D’autres ressources complémentaires m’offrent aussi des contenus regroupés par thèmes ou encore support. YouTube, Flickr, Slideshare, Scribd, sont des copains comparés aux deux premiers. J’en suis à découvrir Instagram, même si j’y détient un compte.

Ma production de contenus

Mon blog, sur mon site d’entreprise, est l’outil que je privilégie. Son alimentation est toutefois tributaire de mes activités professionnelles de consultant en gestion auprès de mes clients. Ce travail d’écriture demande un temps d’analyse de mes outils de veille et de mise en forme de l’information qu’il m’a été difficile à dégager au cours des derniers mois. Toutefois, je crois que c’est le meilleur moyen de produire du contenu personnalisé à la base de mes connaissances.

Et alors…

Au cours des dernières années, j’ai acquis de l’information en adoptant certains outils et je l’ai traité sous certains angles personnels afin d’en découvrir les éléments. Cette information, je l’ai partagé, négociée, avec mes contacts et les membres de ma communauté. Cette information négociée a servi à l’amélioration de mes compétences et à établir une intervention professionnelle mieux adaptée à la situation de mes clients. Cette recherche d’information m’a souvent mené au déséquilibre créatif nécessaire à l’amélioration de mes compétences. C’est aussi ce que je perçois dans ma participation au MOOC ITyPA.

On apprend toujours seul, mais jamais sans les autres    Philippe Carré

POUR L’ENTREPRISE, LE SITE VITRINE UNE NÉCESSITÉ ?

28 février 2011 | Gestion de l'innovation, Gestion stratégique | 0 Commentaires

Nous traversons une période mouvementée du monde des affaires sur l’Internet. Le développement du Web 2.0, donnant une grande place aux réseaux sociaux, aux relations avec les clients et partenaires, les programmes d’achats de mots-clés, le développement des services d’optimisation (SEO) pour les moteurs de recherche, les programmes d’emailling sont des considérations environnementales actuelles qui doivent être prises en compte dans la présence d’une entreprise sur l’Internet.

Pour cette visibilité, les avis des professionnels du marketing sont partagés : Certains prônent qu’une vitrine sur l’internet est un incontournable et qu’un site web développé par des professionnels est la solution pour capter l’attention des clients potentiels. D’autres pensent que la participation aux réseaux sociaux, l’inscription et le déploiement de commentaires sur les forums et l’utilisation des plateformes de partage peuvent répondre aux besoins de la présence de l’organisation sur le Web. Ces mesures dans les deux cas sont, la plupart du temps, appuyées par l’utilisation des médias traditionnels, journal, radio, télévision, affichage, dans la stratégie de  mix-marketing de l’organisation. Pour certains, le développement du Web 2.0 constitue une période décisive, D’autres pensent que ce n’est qu’une période un peu plus mouvementée qu’à l’habitude et que la situation devrait revenir au calme dans les prochains mois, après que les utilisateurs auront étanché leur soif de nouveauté dans ces nouveaux outils.

Le site vitrine représente la plupart du temps, pour une organisation son activité, ses produits et services et aussi ses coordonnées. C’est souvent vendu comme un outil important pour renforcer la notoriété d’une marque ou développer celle d’une nouvelle entreprise. Avec un graphisme adapté à l’organisation et sa stratégie de communication, le site vitrine se compare à une carte d’affaire numérique disponible à tous les internautes du monde entier.

De l’autre côté, avec le Web 2.0, nous passons d’un discours de marque, à l’égard d’une clientèle passive, à des discours du consommateur pour le consommateur. L’échange d’information entre consommateurs à l’égard des produits ou services exerce une influence grandissante dans le processus d’achats. De plus en plus de marques aujourd’hui ont bien compris que de voir en l’Internet qu’un média publicitaire supplémentaire est une vision vouée à l’échec. L’Internet est un média communautaire qui place l’utilisateur au centre de toute communication. Les entreprises et organisations peuvent dorénavant entrer en communication et entretenir des liens avec des clientèles ciblées. De plus, parmi les forces qui font le succès d’adhésion au modèle Web 2.0, les entreprises et organisations peuvent développer leur propre application sans pour autant avoir des compétences en programmation. Ils peuvent ainsi utiliser en complément de la plateforme d’échanges et de discussions, des applications intégrées au programme pour des fins commerciales et s’adresser à des personnes sensibilisées à la marque ou encore à certains produits de l’entreprise.

Alors, que penser de ces avis différents et où se positionner pour ceux qui utilisent l’Internet pour faire des affaires et en tirer une source de revenus. Je n’ai pas la prétention de pouvoir arbitrer le débat, toutefois, je peux ici vous parler de mon expérience personnelle.

Sur un premier plan, j’ai été interpellé au cours des dernières semaines par un entrepreneur qui avait une présence active significative sur Facebook et qui voulait accentuer sa présence sur l’internet pour y vendre un produit. Il s’était d’abord fait conseiller le développement d’un site vitrine et de réaliser ses transactions à partir d’un lieu physique commercial. Bien que voyant un certain bien fondé au développement d’un site vitrine, celui-ci considérait que les relations qu’il avait développé avec ses très nombreux amis de Facebook représentaient un actif important à ne pas négliger. Il avait, auprès d’eux, établi des relations personnelles significatives qui lui permettaient de transiger à distance sur l’Internet. Il pouvait s’épargner les opérations de réception de commandes, de facturation, de perception des revenus et de gestion des encaissements qui pouvaient demander assez d’énergie pour une entreprise en démarrage. Suite à des échanges sur ses besoins actuels et futurs, et son environnement d’affaires, le bien livrable qui lui a été produit, repose sur une application «Boutique en ligne» sur sa page de marque Facebook, solution adaptée à la situation actuelle. La qualité des relations développées avec ses amis et les échanges entres les personnes qui sont adeptes de la marque ont influencé son choix. Il s’inscrit aussi dans le développement d’un site transactionnel, sur la base d’un «système de gestion de contenu» (CMS) couplé d’un «système de relations client» (CRM) à moyen terme qui lui permettra une indépendance face aux modifications des développeurs de Facebook.

Dans un deuxième cas, j’ai eu à intervenir auprès d’une entreprise livrant à des clients locaux, des produits par l’entremise d’un service de transmission florale. J’ai analysé et conseillé le propriétaire sur le développement d’une présence sur l’Internet. L’envoi et la livraison de fleurs à partir de l’internet est un secteur très développé aux Etats-Unis, le quatrième plus grand nombre de transactions pour l’année 2009 et la tendance s’installe au Canada. Comme c’est un secteur en développement, la production d’un site transactionnel «Système de relations client» (CRM) a été analysé au regard de l’environnement de l’entreprise. Avec un système de commission 20% pour l’envoyeur, et 80% pour le receveur, le développement d’un accès direct par le client représente un certain intérêt au chiffre d’affaires. Nos échanges sur la situation ont fait ressortir qu’une composante d’assurance qualité, le client accorde une grande confiance à son fleuriste local qui saura négocier avec le fleuriste éloigné afin d’avoir un produit de qualité et conforme à sa demande, vient influencer la décision du client de faire prioritairement l’achat auprès de son fleuriste local avant d’aller directement passer l’achat auprès du fleuriste éloigné. Le retour sur l’investissement dans le développement d’un site marchand était bien incertain et une vitrine Web répondait mieux aux besoins actuels du propriétaire. Les relations locales établies avaient priorité

Je peux constater à l’égard de ces deux situations, que les entrepreneurs orientaient leur choix non pas en fonction de faire parti de la parade, d’avoir comme tout le monde de son secteur un site d’entreprise sur l’internet, mais bien plus en fonction de leurs besoins du moment et de leur environnement. Bien que ces entreprises naviguent dans une période de renouveau numérique, ils ont agis en dehors de l’oppression du moment fournie par les conseillers ou par la concurrence. Leur décision a été prise à partir de leur analyse de la situation (forces faiblesses), des menaces et des opportunités que l’environnement offrait. Il y aura toujours une évolution des besoins et des technologies, mais ils doivent être subordonnés à la capacité et aux ressources de l’entreprise. Sans se reposer sur ses acquis, l’entreprise doit rester en équilibre d’un environnement changeant, les réseaux sociaux en nette croissance, et des ressources dont elle dispose. Il faut dès maintenant commencer à bâtir ses stratégies marketing de manière à les rendre évolutives pour l’avenir ou même avant-gardistes, l’environnement technologique à considérer de façon particulière.

L’INNOVATION ET LES TIC

2 février 2011 | Gestion de l'innovation, Gestion stratégique, Outils technologiques | 0 Commentaires

Du début de XXe siècle jusqu’à l’arrivée du numérique au milieu des années 1980, l’innovation dans les organisations reposait en grande partie sur les laboratoires de recherche et développement installés comme départements de l’entreprise ou encore intégrés dans les grandes universités. Ces laboratoires, avec des services d’essais et des ateliers d’analyse et de mesure, avaient pour objectif la validation des processus ou encore des produits. Il s’agissait le plus souvent de stabiliser les meilleurs procédés tout en s’assurant que l’introduction de changements apporte une plus value au produit ou au service pour le client. Bien que le laboratoire ait été un dispositif de production de savoir scientifique et de gestion de connaissances, cette entité n’a été reconnue que dernièrement comme source essentielle à l’innovation.

Le développement des marchés et des produits au début des années 1990 et la compétition ont obligé les grandes entreprises à s’inscrire dans un processus «d’innovation intensive». Les entreprises essaient de trouver des caractéristiques et des qualités fonctionnelles aux produits et aux services qui répondent aux attentes des consommateurs particulièrement autour de la montée de la classe moyenne. Le capital historique des connaissances accumulées revêt une importance stratégique pour l’entreprise. La mondialisation vient amplifier la compétition et l’entreprise commence à vouloir les protéger et les sauvegarder, d’autant plus que les NTIC amènent un flux très important de nouvelles connaissances.

Ce n’est que récemment avec l’arrivée de l’ordinateur personnel et des TIC que l’on a compris l’importance de mettre en réseau ces connaissances dans un système ouvert, intranets, groupes de discussions, communauté de pratique, forum de discussion, afin de développer des apprentissages collectifs pour les besoins de l’entreprise. Ces apprentissages collectifs permettent tout autant de développer de meilleurs produits et services tout en s’assurant de prendre les meilleures décisions pour l’entreprise. Au-delà des connaissances, la nouvelle stratégie est de travailler sur les compétences et le développement dess relations entre les acteurs de l’entreprise. L’action efficiente des décideurs et gestionnaires suppose une interaction entre les savoirs détenus par les acteurs, producteurs et utilisateurs et les relations qui existent entre eux. L’utilisation des TIC concilie les deux facettes, savoirs et interrelations permettant cette acquisition de compétences. La réduction des coûts, la mobilité, les connexions en réseau et des outils plus faciles d’utilisation et plus puissants habilitent les producteurs à mieux adapter l’offre aux besoins des consommateurs. Les TIC permettent l’extraction de connaissances et le développement d’un savoir expert dans un domaine, tout en permettant la diffusion de ces connaissances à l’intérieur de l’entreprise pour rehausser les compétences des producteurs. Celles-ci seront utilisables selon les besoins de l’entreprise.

Comme observateur intéressé à la gestion des connaissances, j’ai participé au cours des derniers jours à l’événement CLAIR 2011 au Centre d’@pprentissage du Haut-Madawaska (C@HM) au Nouveau-Brunswick qui regroupait des éducateurs, des gestionnaires du domaine de l’éducation, des chercheurs internationaux, des professeurs universitaires et étudiants en éducation, des gestionnaires de communauté sur l’éducation et même des consultants auprès d’entrepreneurs. Ils participaient à cette rencontre afin de réfléchir sur l’école en transformation vers un lieu animé par ce que permettent les outils du «WEB 2.0». J’étais préoccupé par le projet éducatif qui place le savoir numérique au premier plan des interventions des gestionnaires, éducateurs et personnel de soutien et de l’implication des jeunes dans l’acquisition de ces savoirs. J’y ai rencontré des gens inspirants, innovants et créatifs qui ont su utiliser les ressources du WEB 2.0 pour l’apprentissage des étudiants. Mais j’y ai surtout remarqué le développement de ressources interactives entre les gestionnaires, professeurs et étudiants. Même les parents y trouvent leur compte au dire des jeunes auxquels j’ai parlé. Ils ont su établir des relations fortes entre tous les acteurs pour adapter les activités aux besoins des étudiants tout en s’habilitant mutuellement dans l’utilisation des outils du WEB 2.0, réseaux sociaux, wiki, blogue et outils multimédias. Lors des ateliers, tous les jeunes étaient les présentateurs de leur expérience pédagogique au même titre que leurs professeurs, ils intervenaient au même titre que les participants lors des conférences d’experts, ils rendaient disponibles leurs observations auprès de personnes intéressées qui n’étaient pas présents sur place mais suivaient à distance sur Twitter l’événement, mais aussi ils signifiaient l’implication de toute la communauté et particulièrement des parents à l’éducation des jeunes de la communauté.

Cette animation de l’école, à l’aide des outils du WEB 2.0 marquera de façon permanente les habiletés des jeunes à faire appel à des connaissances et compétences extérieures afin de prendre les meilleures décisions tout au long de leur vie, tant sur les plans personnel, professionnel, éthique et autres. Bien avant leur grande capacité d’utilisation des TIC, c’est la capacité de partage de savoirs vers une compétence collective, entre gestionnaires, enseignants personnel de soutien et jeunes, qui marquera mon imaginaire et influencera mes actions au cours des prochains mois. Ensemble, ils apprennent à apprendre.

«Mieux vaut une tête bien faite qu’une tête bien pleine»      Montaigne

Ces pratiques d’apprentissage ont un potentiel révolutionnaire dans le monde des affaires et répondent efficacement au besoin d’innovation dans les organisations et entreprises du Québec. Grâce à l’accès et aux multiples sources d’information, de savoirs et d’expertise disponible en tout temps, en tout lieu, chaque individu construit consciemment ou inconsciemment son savoir. Le grand défi des entreprises est de rendre disponible pour tous, pas seulement pour les personnes qui ont des savoirs technologiques, ces sources d’information et de connaissances. Il faut de plus soutenir les personnes dans leurs processus d’apprentissage en leur permettant de transformer, d’utiliser et de communiquer ces connaissances vers une compétence collective pour l’organisation ou l’entreprise. Il y a là une clé à l’innovation, que les décideurs de cette école ont compris et intégré dans leur pratique journalière.

Chapeau Roberto, Chapeau à l’équipe école et aux jeunes…

Références:

De la gestion des connaissances aux organisations orientées conception

http://www.cairn.info/revue-internationale-des-sciences-sociales-2002-1-page-29.htm

LA VEILLE SUR TWITTER

10 décembre 2010 | Gestion de l'innovation, Gestion stratégique, Twitter | 1 Commentaire

L’information en temps réel

Dans un système où la recherche d’informations va de plus en plus vite, nous avec appris que Twitter était un outil formidable pour assurer une veille. Il propose effectivement l’information en quelques secondes : le REAL TIME.

La veille sur Twitter nous permet de suivre l’actualité sur une thématique choisie, trouver l’information la plus récente, se perfectionner dans un domaine, échanger avec d’autres internautes ou clients ou encore de recueillir des feedbacks sur un produit, un service rendu par notre entreprise.

Débuter sur Twitter n’est pas toujours évident et le fonctionnement de l’outil n’est pas forcément des plus simples lorsque l’on démarre. Afin d’être pleinement fonctionnel, un compte Twitter doit se construire. En effet, au départ nous sommes seuls et pour avoir accès à cette information nous devons nous inscrire auprès d’autres twittos et devenir leur follower. Vous allez rapidement vous apercevoir que, suivant le type de profil que nous suivons, Twitter est très utilisé pour relayer des articles de journal ou de revues, des billets de blog ou de l’information en provenance de l’Internet en général. Derrière l’apparente simplicité de Twitter, se cache pourtant une réalité un peu moins évidente. Twitter fonctionne avec un système de timeline (TL) où les tweets les plus récents viennent s’ajouter au fur et à mesure en repoussant les tweets plus anciens toujours plus loin dans notre page de lecture.

Jusqu’à une cinquantaine de comptes twitter suivis, nous pouvons, si nous nous connectons chaque jour, relire l’ensemble des tweets qui ont été postés pour aller consulter l’ensemble des articles qui nous intéressent et réaliser notre veille. Même si les messages ne sont que de 140 caractères, sous arrivons à suivre, tout au plus, environ 50 à 75 comptes, dépendamment des profils que nous suivons, si nous consacrons environ une heure par jour. C’est après que ça se gâte… 100 comptes suivis, 150, 200, 500 et plus!!! Là, ce n’est plus possible. A peine ouverte notre timeline, le système nous invite à lire les 60 nouveaux tweets qui viennent d’être postés pendant la lecture «rapide» d’un premier article. Mais la veille ne se résume pas à l’observation de la timeline, nous avons besoin de petits outils twitter qui peuvent le faire à notre place ou de façon plus rapide.

La recherche des utilisateurs

À notre arrivée sur Twitter, nous sommes confrontés à la recherche de twittos qui partagent les mêmes intérêts ou préoccupations que nous. Des outils existent pour identifier ces profils.

Mentionmap

Mentionmap est un outil qui permet de visualiser les conversations d’un utilisateur twitter sous une forme cartographique. L’outil présente les relations avec d’autres personnes ou encore les relations liées à des hashtags.

Twellow

Twellow est un annuaire de comptes twitter classés en catégories qui vont du techno au marketing, en passant par les loisirs ou le management. Les comptes ainsi classés présentent pour chaque profil une fiche complète avec une biographie, le nombre de followers, le site web, la situation géographique et les derniers tweets émis par l’utilisateur.

L’utilisation des listes sur Twitter

La deuxième étape, consiste à créer des listes. Il est important de la faire lors de l’adhésion à chaque nouveau twittos pour que ce ne soit pas une charge trop lourde de le faire d’un coup. Le principe d’une liste est de regrouper certains profils suivis et ainsi d’avoir accès à leurs tweets isolés du fouillis que peut devenir une timeline trop fournie. Dans mon cas personnel, j’ai procédé à la création des listes suivantes : Conversations, Personnel, Affaires, Gestion, Techno, que j’utilise pour suivre les twittos qui m’intéressent.

Nous pouvons aussi suivre un groupe de twittos sur un thème sans avoir à follower chaque twittos un par un. Nous n’avons qu’à follower, c’est à dire suivre, la liste proposée par d’autres twittos.

L’utilisation des Hashtags

HastagUn hashtag est un mot, qui ajouté à un tweet, est un moyen simple qui permet de catégoriser les tweets. En utilisant les hashtags, il est possible de regrouper tous les tweets autour d’un même sujet, d’un événement ou encore d’un produit. Les hashtags sont des mots-clés créés en rajoutant un symbole dièse # devant le mot clé.

Ils sont interprétés par le moteur interne Search Twitter et les principaux sites autour de Twitter. En exemple, le hashtag #followfriday permet de recommander des twittos, pratique du vendredi qui a donné ce nom.

La forme d’un journal avec Paper.li

Bien, une fois nos listes créées, il existe un outil simple d’utilisation afin de mettre en forme notre veille. Paper.li organise les liens que les twittos que nous suivons partagent sur Twitter. Là où se trouve l’autre intérêt de Paper.li, c’est que l’outil va aller chercher le contenu des liens qui ont été partagés chaque jour, et va vous en proposer une synthèse triée et organisée sous la forme d’un journal. Paper.li classe les articles par thème, et identifie les articles qui ont fait l’objet de nombreux retweets pour les placer à la «une».

L’outil vous permet de créer vos journaux (10) sur la base de votre profil complet ou de followings que vous suivez, d’un hashtag particulier, #Consultant ou #jeudiconfession ou encore #iPad ou bien d’une liste, celles que nous avons créées.

Une fois que notre journal est développé, nous avons la possibilité de recevoir une alerte par email qui nous informe chaque jour lors de la sortie de la nouvelle édition. L’outil nous permet aussi de rediffuser facilement le contenu de notre veille sur Twitter ou sur Facebook avec l’intégration d’un bouton «J’aime» et d’un bouton «Retweet».

Le moteur de recherche Twitter

On ne l’utilise pas assez souvent mais c’est un outil puissant, les fonctions avancées de Twitter Search donnent de très bons résultats. Nous pouvons spécifier la langue, la phrase, le mot contenus dans les tweets, et définir une temporalité, date à date…

D’autres outils existent et feront l’objet d’un billet complémentaire.

Avez-vous commencé votre veille sur Twitter? Quels outils utilisez-vous?

Références

Mentionmap

http://apps.asterisq.com/mentionmap/#

Twellow

http://www.twellow.com/search?q=&search_cat=

Les listes thématiques de Twitter font leur apparition

http://www.presse-citron.net/les-listes-thematiques-de-twitter-comment-ca-marche

Paper.li le service de presse de Twitter

http://descary.com/leweb-paper-li-le-service-de-presse-de-twitter/

Astuce pour faire de la veille sur Twitter

http://blog.shaze.net/index.php/2009/06/20/astuce-pour-faire-de-la-veille-avec-twitter/

LA VEILLE INFORMATIONELLE EN ENTREPRISE

19 novembre 2010 | Fil RSS, Gestion de l'innovation, Gestion stratégique, Outils technologiques | 0 Commentaires

La prise de décision

La complexité de la plupart des décisions en gestion devient de plus en plus grande, parce que l’environnement organisationnel change de plus en plus vite, mondialisation des marchés, réseautage, fluidité de l’information, crise économique à répétition, les méthodes de prise de décision qui ont servi à ce jour méritent d’être revues et corrigées. Christian Morel, dans son livre, Les décisions absurdes, Sociologie des erreurs radicales et persistantes, énonçait que «les individus prennent parfois collectivement des décisions singulières, ils agissent avec constance dans le sens totalement contraire au but recherché. Ces décisions absurdes se traduisent par des erreurs radicales et persistantes». Sur les sentiers de l’erreur radicale, il parle du bricolage managérial. Bien souvent, l’évaluation du nouvel environnement n’a pas fait l’objet d’une analyse pertinente, un trop grand goût du risque des décideurs afin d’être en tête de liste du secteur d’activité, la décision hiérarchique autonome en opposition à des avis divergents provenant d’expertise interne, l’anticipation erronée de la décision d’un concurrent ou encore le mimétisme, c’est à dire faire comme son concurrent sans égard au contexte, sont des éléments qui peuvent expliquer ce comportement managérial.

Parmi les facteurs qui rendent la décision difficile, la méconnaissance des options arrive en premier lieu surtout au plan des avantages (points forts) et des désavantages (points négatifs) de chacune des options. Dans une analyse dans le secteur de la santé aux Etats-Unis il y a quelques années, les chercheurs ont réussi à identifier le poids relatif de la composante principale de la prise de décision. Dans 6% des cas, la négociation et le sens politique était la composante principale de la prise de décision. Le jugement et l’intuition était le principal axe de la prise de décision lors de 54% des cas. La dimension d’ordre rationnel et d’analyse était évoquée comme élément de fond dans 35% des décisions. Pour ce qui est du 5% des décisions restantes, les auteurs n’ont pas réussi à identifier une caractéristique dominante dans la prise de décision. Dans le cas des entreprises privées, la composante analyse était plus importante que la dimension jugement. On constate que les décideurs, en très grande partie, se fondent sur leur expérience dans la prise de décision, ce qui pourrait justifier en partie la situation des erreurs radicales et persistances de la théorie de Morel.

Pour assurer la continuité des activités et l’efficience des opérations, les décideurs tant des petites que des grandes entreprises ont à prendre des décisions rapides. De plus ils ne disposent que rarement de ressources en recherche et développement pour les conseiller dans leur prise de décision. Avec le développement des technologies de l’information et dans une économie du savoir, des outils existent pour inverser les axes de prise de décision à la faveur d’une meilleure analyse des avantages et désavantages et d’informations qui reposent sur les données probantes. On parle ici de veille informationnelle.

«C’est une activité continue et en grande partie itérative visant à une surveillance active de l’environnement technologique, commercial, sociétal, concurrentiel, etc., pour en anticiper les évolutions.»

Le caractère prospectif de la veille aide l’entreprise à déceler des indices, des signes ou encore des signaux faibles concernant l’évolution de l’environnement afin de dégager des menaces ou encore d’y voir des opportunités. Comme on fait de la veille de façon systématique, il faut penser à utiliser un dispositif organisé et structuré pour la surveillance de cet environnement. En ce sens, il faut penser à utiliser des outils qui nous permettent de rester informés, avec le moins d’efforts possibles et qui possèdent un système de signalement automatisé tout en épargnant le décideur de l’infobésité. L’utilisation des fils RSS , dont j’ai parlé dans un billet précédent, répond en grande partie à ces impératifs. L’utilisation des réseaux sociaux, Twitter et Facebook  et LinkedIn peut aussi être intéressant. Ils feront l’objet d’un prochain billet.

Les étapes du processus

Pour la veille informationnelle, les étapes séquentielles sont assez claires : Le ciblage, la récolte, l’analyse et la diffusion.

À l’étape du ciblage, il faut définir les sujets thématiques, définir et tester les mots-clés définir le niveau de profondeur et aussi établir une liste de sources primaires. C’est à la récolte, en deuxième étape que les technologies de l’information apportent un appui important. Avec les flux RSS, au lieu d’aller chercher de l’information dans les banques de données, c’est le service qui envoie l’information à l’utilisateur. Avant il fallait penser à faire des recherches périodiquement pour demeurer au courant des nouvelles informations dans le domaine d’activité, maintenant, le rôle du responsable de la veille consiste à tamiser, évaluer l’information en fonction des critères définis au ciblage et des mots-clés, vérifier l’objectivité du contenu, et à consigner l’information sur un support qui servira à l’étape de l’analyse. Il arrive trop souvent que le processus s’arrête après la récolte. Même si les outils technologiques sont performants, la veille ne prend son sens qu’avec les compétences des acteurs de l’analyse et de la diffusion. L’analyse est au cœur du processus de veille, et fait appel souvent à des experts ou analystes du domaine. Il s’agit de catégoriser les textes, d’analyser les occurrences, de percevoir les associations de sens et de segmenter les textes pour produire des résumés à l’intention des décideurs. Certains outils de classification automatique (Yippy, Exalead, Swetswise searcher) et de production de résumé (Copernic summarizer, Sinope summarizer) existent et sont disponibles sur l’internet. Pour la diffusion, certaines fonctions sont déjà intégrées dans les flux RSS, l’eMailing, le partage avec note, l’ajout de mots-clés permettent à la personne que vous avez identifié de prendre connaissance des résultats de votre veille. Le partage de signets avec des outils comme delicious ou diigo peuvent aussi être utilisé. Dans certains cas, la production d’un billet sur un blog ou encore la production d’une infolettre sont des outils pour rendre disponible un résumé à l’intention d’un plus grand nombre de personnes. Il faut se souvenir que trop d’information tue l’information au sens que la surabondance crée la redondance et que la diffusion automatique et ciblée de l’information sur l’internet devient vite du spam.

L’utilité de la veille informationnelle

Veiller, c’est se maintenir éveillé sur un thème, c’est aussi d’être capable d’utiliser des outils de médiation, les fils RSS, le blog, l’eMailing, le partage de signets, et de favoriser la prise de décision à partir de données probantes. Veiller c’est donc une activité professionnelle qui demande du temps et qui doit être reconnue dans les responsabilités de la personne qui la réalise.

Dans mon cas, je pratique la veille informationnelle, pour suivre mon domaine d’activité professionnel et y percevoir des opportunités, des menaces ou encore surveiller mon e-réputation. Comme l’internet est plus qu’un média, c’est aussi un réseau de personnes connectées entre elles. De ce fait, faire de la veille, est donc aussi un moyen de rencontrer d’autres personnes qui pourront peut être m’aider dans mes projets ou encore partager mes loisirs. Veiller c’est aussi l’occasion de partager mes connaissances et de développer des compétences collectives, à peu de frais, au regard d’un sujet donné.

Mais aussi, veiller pour être au courant c’est ma motivation première.

Avez-vous développé une activité de veille dans votre entreprise?

Références :

La veille informationnelle, un outil de stratégie économique

http://www.temoignages.re/la-veille-informationnelle-un,15203.html

Etudoc

http://etudoc.wordpress.com/info-com/cours-alexandra-saemmer/cours-7-la-veille-informationnelle/

La veille en entreprise

http://fr.wikipedia.org/wiki/Veille_en_entreprise#Diff.C3.A9rents_types_de_veille_en_entre

10 bonnes raisons de faire de la veille sur l’Internet

http://www.tetedequenelle.fr/2009/07/10-bonnes-raisons-de-faire-de-la-veille-sur-internet/

De la veille empirique et individuelle à une veille construite et partagée

http://www.slideshare.net/lpg/veille-aec-arpel-26032009?src=related_normal&rel=334636

Paul C. Nutt, The assessment of alternatives for décision making

http://bush.tamu.edu/pa-archive/JPART9-2.305-349.pdf

twitter widget
Get Adobe Flash player